Après son appel au dialogue avec Alger, Rabat s’impatiente – Telquel.ma

Après son appel au dialogue avec Alger, Rabat s'impatiente

Alors que l’Algérie a demandé une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères des 5 pays de l’Union du Maghreb Arabe et que la Mauritanie se propose de l’abriter, le Maroc demande, lui, une réponse officielle de son voisin de l’est à l’invitation de Mohammed VI à un dialogue « direct et franc ».

Par

Le Maroc demande une réponse officielle de l’Algérie à l’appel de Mohammed VI . C’est ce qu’a affirmé le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita le 26 novembre à Rabat, en recevant l’ambassadeur d’Algérie à Rabat. Une rencontre qui intervient quelques jours après le discours royal du 6 novembre en forme d’appel au dialogue « direct et franc », et après une série de démarches « formelles et informelles, entreprises vainement, dix jours durant, afin d’établir un contact avec les autorités algériennes à un niveau ministériel, » précise le ministère dans un communiqué relayé par l’agence MAP.

Durant cette rencontre avec l’ambassadeur algérien, Nasser Bourita a réitéré le souhait du Maroc de connaître la réaction officielle des autorités algériennes à la proposition royale d’un dialogue « direct et franc, » portant sur toutes les questions bilatérales, notamment le mécanisme  politique entre les deux pays voisins. « Le Maroc ne peut que regretter que invitation n’ait pas encore connu la réaction escomptée, alors même qu’elle a toujours été demandée par l’Algérie elle-même, » regrette le ministre dans le même document. Et de rappeler que le royaume reste « ouvert et optimiste quant au futur des relations entre les deux pays frères, » tout en espérant que « les contacts humains directs sauront apporter la réponse appropriée aux divergences bilatérales. »

Selon le ministère des Affaires étrangères, cette initiative royale procède d’une « volonté sincère de créer un cadre de dialogue bilatéral direct et sans exclusive, pour aplanir tous les différends entre les deux pays, relancer leur coopération et se concerter sur les défis régionaux et transnationaux. »

à lire aussi

« Aucun rapport »

Si Alger n’a pas répondu officiellement à la proposition marocaine, elle a en revanche saisi le Secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) pour convoquer une réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères des 5 pays de l’Union. Mais Nasser Bourita n’y voit aucun « rapport » avec l’initiative royale, celle-ci étant « purement bilatérale alors que la démarche algérienne s’inscrit dans le cadre de la relance de la construction régionale. »

Sans pour autant formuler d’objection quant à la tenue de cette réunion, Rabat avoue qu’elle ne peut que douter que cette « 35e réunion ministérielle puisse parvenir à des résultats tangibles, différents des 34 précédentes, en l’absence d’une bonne préparation et d’un dialogue direct et responsable entre deux Etats membres de l’UMA. »

Pour le ministre marocain, l’état de « léthargie » que connait l’UMA est « essentiellement dû à la nature anormale des relations maroco-algériennes, lesquelles ne peuvent être traitées que dans le cadre d’un dialogue bilatéral, direct et sans intermédiaires. »  Il en veut pour preuve les appels de l’UMA et ses Etats membres à un dialogue maroco-algérien.

article suivant

Une enquête parlementaire pour déterminer les "vrais responsables" des retards des projets d'Al Hoceima ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.