Beckett et le mystère

Parution. Lamia Berrada-Berca écrit une lettre à l’immense Samuel Beckett. Un texte intimiste sur les langues, la vie, l’universel.

Par

J’ose à peine, mais j’ose pourtant, je vous questionne depuis le silence que vous avez rejoint, depuis la nuit d’où vous m’écoutez peut-être : est-ce que traverser l’écriture vous permettait de n’avoir à vous fixer nulle part, vous qui n’avez jamais fait que vous effacer des textes qui naissaient de vous ?

Lamia Berrada-Berca est l’auteure de huit récits, dont Kant et la petite robe rouge (La Cheminante, 2011), Guerres d’une vie ordinaire (Sirocco, 2015) et Au-dessus dansent les oiseaux (Sirocco, 2018).Crédit: DR

Ainsi Lamia Berrada-Berca s’adresse à un des géants de la littérature. De 1973 à sa mort en 1989, Samuel Beckett a passé presque tous ses étés à Tanger. Cet élément biographique est le point de départ de ce texte sensible et profond : pourquoi ? se demande l’auteure. Et d’aussitôt imaginer la réponse : “Le silence vous tient si souvent lieu de réponse… Mais si vous pouviez, peut-être me diriez-vous simplement : par désir….

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août