Polémique: Retour sur l’affaire Chaïbia

Le débat, parfois houleux, qui a accompagné l'annonce du remplacement de la grande exposition Chaïbia par une autre collective semble vouloir trouver un heureux dénouement. Éléments de compréhension.

Par

Fouad Bellamine est indubitablement un des artistes-peintres marocains les plus reconnus et respectés. Si, en privé, il passe pour une “grande gueule”, il s’exprime peu sur la place publique. Pourtant, ces derniers jours, il a posté sur son profil Facebook ceci : “J’ai rêvé, j’ai longtemps rêvé, d’un musée national d’art moderne et contemporain où on rendrait hommage à nos grands artistes disparus. Chaïbia, je pense à toi”. Bellamine résumait ainsi, avec sobriété et talent, un sentiment de dépit et de lassitude largement partagé dans le microcosme artistique et culturel marocain, via notamment les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il ? Petit rappel des faits. Cet été, Hosseïn Tallal — autre artiste-peintre reconnu, fils de Chaïbia et unique ayant droit de son œuvre — est approché par Mehdi Qotbi, artiste-peintre également, et président de la Fondation nationale des musées. La rencontre a lieu dans la Galerie Alif Ba à Casablanca — galerie créée par Chaïbia en 1984 et…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer