La Marine royale tire sur un go-fast "transportant des candidats à l’immigration clandestine"

Quatre personnes ont été transportées vers l’hôpital de Mdiq après avoir été blessées lors de l’intervention de la Marine royale pour intercepter une embarcation rapide conduite par un Espagnol avec des migrants clandestins à son bord.

Par

Arrestation d'un go-fast en Méditerranée. Image d'illustration.
Arrestation d'un go-fast en Méditerranée. Image d'illustration. Crédit: Crédit: Marine française

Une unité de combat de la Marine royale marocaine a ouvert le feu en Méditerranée, le 25 septembre sur une embarcation rapide qui « transportait des candidats à l’immigration clandestine », rapporte un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Selon la même source, la Marine a été « contrainte de tirer des balles » sur l’embarcation « conduite par un individu de nationalité espagnole qui se trouvait de manière suspecte dans les eaux marocaines, et ce après le refus d’obtempérer aux avertissements. »

« Quatre personnes ont été blessées à des degrés plus au moins graves lors de cette opération et ont été évacuées à l’hôpital provincial de la Préfecture de M’diq-Fnideq pour recevoir les soins nécessaires », ajoute un communiqué de la préfecture M’diq-Fnideq.

Selon la même source, l’embarcation a été saisie et une enquête a été ouverte.

Plus tôt dans l’après-midi, plusieurs médias marocains, citant une « source sécuritaire », annonçaient le décès d’une femme de nationalité marocaine à l’hôpital de Mdiq des suites de ces blessures. Une information qui a ensuite été démentie.

Citant les « autorités locales », l’AFP annonce en revanche un mort après des « tirs de la marine marocaine contre une embarcation de migrants en Méditerranée ».

Selon les mêmes sources, le pilote espagnol du go-fast a été interpellé.

Le 24 septembre, la Marine royale avait déjà annoncé avoir fait avorter, en collaboration avec la gendarmerie, une opération d’émigration clandestine à partir de la plage de Martil, dans la nuit du 22 au 23 septembre. Une unité opérant en Méditerranée avait déjà poursuivi une « embarcation de très grande vitesse », qui tentait de rejoindre la plage de Martil pour récupérer des candidats à l’émigration clandestine, a fait savoir l’État-major général des Forces armées royales, dans un communiqué.

Epaulée par deux embarcations rapides de la gendarmerie, l’unité de la Marine royale l’avait ensuite contrainte à prendre la fuite vers le large. Aucun candidat à l’émigration clandestine n’avait pu être embarqué, selon la même source.

En deux semaines, des vidéos montrant une embarcation rapide invitant les jeunes désirant immigrer à monter à bord sont devenues virales sur le Net marocain. Le 22 et 23 septembre, le nord du royaume a d’ailleurs connu des rassemblements de candidats à l’émigration, notamment sur les plages dans l’attente d’une « pateras Phantom » censée les amener en Espagne. À Martil notamment, plusieurs vidéos montrent des foules de jeunes Marocains, réclamant « l’harga fabor » (immigration clandestine gratuite).

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé