Les pilotes rejettent le protocole d'accord signé entre l'AMPL et la RAM

L'accord signé mi-août entre la compagnie aérienne et son personnel est tombé à l'eau. Le "parlement" de l'Association marocaine des pilotes de ligne l'a rejeté à 84% des voix.

Par

Le 19 mars, les membres de l’AMPL avaient annoncé leur engagement à effectuer “tout vol sanitaire, vol humanitaire, vol de rapatriement de nos concitoyens, ou autre vol nécessaire”. Crédit: DR

Le 14 août dernier, la Royal Air Maroc et l’Association marocaine des pilotes de ligne signaient un protocole d’accord mettant fin à un mois de bras de fer opposant la direction de la compagnie aérienne et son personnel. Cet accord, afin d’entrer en vigueur, devait être approuvé par un vote des quelques 500 membres de l’AMPL, lors d’une assemblée générale. Un mois plus tard, cet accord est tombé à l’eau. L’assemblée générale de l’AMPL s’est tenue vendredi soir au siège de l’association à Casablanca et les pilotes ont rejeté à 84% l’accord signé avec la RAM. Dans le détail, 359 ont voté contre, 60 autres pour, tout en enregistrant cinq bulletins blancs et deux annulés. Ces chiffres, annoncés par Le360.ma nous ont été confirmés par une source proche de l’AMPL.

L’accord prévoyait, à compter du 1er novembre, l’augmentation des salaires des commandants de bord des Boeing 747, 787 et 767 à hauteur de 5.175 dirhams nets. Les salaires des commandants de bord des avions B737 et E190 devaient quant à eux être revalorisés de 4.500 dirhams nets, alors que les copilotes et officiers pilotes de ligne opérant avec des B747, B787 et B767 devaient être augmentés de 3.450 dirhams nets. Les copilotes des Boeing 737 et E190 étaient concernés, eux, par une augmentation de 3.000 dirhams nets. L’AMPL et la RAM s’étaient également mis d’accord pour octroyer quatre jours civils off consécutifs par mois aux pilotes. L’AMPL doit élire, entre le 24 septembre et le 5 octobre prochains, un nouveau bureau. D’après notre source, qui confirme les informations relayées par Le360.ma, « tous les membres du bureau sortant, y compris ceux qui ont conduit les négociations avec la direction de RAM, ont décidé de ne pas se représenter aux élections ».

article suivant

La crise vue par les experts comptables