Laârej et l'ancien monde

Par Aicha Akalay

Parfois, notre ministre de la Communication se rappelle à notre bon souvenir. Comme ce samedi 15 septembre, où Mohamed Laârej a tenu à rappeler les dispositions de la loi qui régit le secteur de la presse et de l’édition au sujet de la publication de commentaires. Les sites électroniques, insiste-t-il, sont responsables de la teneur des commentaires qu’ils publient sur leur plateforme. Rien de neuf et surtout rien de spécifique au Maroc, cette règle étant la même dans de nombreux autres pays. Seulement, le ministre n’ignore pas que les commentaires insultants, violents, porteurs de fausses informations et parfois même dangereux, se déversent essentiellement sur des plateformes qui échappent totalement au contrôle des autorités marocaines. Ces plateformes, regroupées sous le sigle GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), sont puissantes, influentes et contrôlent l’information, contrairement à tous les médias marocains réunis. Là encore, la problématique est mondiale. Mais quand ailleurs le débat est ouvert sur l’approche à adopter face aux géants du Web, au Maroc, le gouvernement est dépassé.

Les GAFA menacent la souveraineté de l’Etat

La sortie du ministre trahit un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés