Claquez la porte camarades

Claquez la porte camarades

Par Aicha Akalay

Il le disait à ses jeunes pousses : “Il faut embrasser sans jamais étreindre”. Ceux qui ont été formés à l’école politique de Ali Yata répètent encore aujourd’hui cette règle cardinale – transmise de père en fille – pour évaluer la bonne distance à avoir avec le Palais. Une adhésion convaincue à un système politique, la recherche constante d’un “compromis positif”, mais le refus de la compromission. Car la scène politique a toujours dû se positionner d’abord par rapport au soleil. Par le passé, les zélés, ceux qui se sont trop rapprochés, se sont.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Fayçal Azizi : "Dans le milieu du cinéma marocain, même les hommes sont harcelés"

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.