Stroc Industrie, mauvaise gestion ou faillite organisée?

Comment expliquer la descente aux enfers de Stroc Industrie, qui est actuellement menacée de redressement judiciaire? Si le PDG, Nabil Ziatt, plaide des “erreurs de choix suite à la crise sociale de 2011”, certains salariés, qui ne sont plus payés depuis des mois, envisagent une plainte pénale sur le fondement de la banqueroute.

Par

Le résultat net de Stroc en 2017 affiche une perte de 104,5 millions de dirhams et la valeur boursière a chuté de plus de 92% depuis son introduction à la Bourse de Casablanca. Crédit: Alain TENDERO pour Vinci- ASF

Je crois toujours que je peux sauver l’entreprise”, tonne Nabil Ziatt, PDG de Stroc Industrie. Pourtant, la situation est catastrophique pour la société de travaux de réalisation d’ouvrages et de construction industrielle qu’il a fondée en 1989. Le résultat net en 2017 affiche une perte de 104,5 millions de dirhams et la valeur boursière a chuté de plus de 92% depuis son introduction à la Bourse de Casablanca en 2011. A la demande d’un ancien cadre, le tribunal de commerce de Casablanca a entamé une procédure d’entreprise en difficulté et décidé, le 7 juin, de la nomination d’un expert qui devra être payé par Stroc. “Cela veut dire que le tribunal a pris acte du fait que l’entreprise est en grande difficulté”, analyse l’avocat des salariés, Me Youssef…

article suivant

Rapport : le CESE plaide pour une politique d’innovation et une meilleure gestion du capital intellectuel