Unis par l’émotion

Unis par l’émotion

Par Aicha Akalay

Il est trop tôt pour avoir un recul éclairé et global sur la campagne de boycott. Mais il est déjà trop tard pour en éviter les conséquences néfastes. Des hommes et des femmes vont perdre leurs emplois, des familles vont être mises en difficulté, de la richesse a été détruite. Par réaction en chaîne, ce sont de larges pans de l’économie qui sont menacés. Et ce ne sont plus des menaces agitées, tel un épouvantail, de manière maladroite au nez des boycotteurs, mais bien une réalité dont les responsables sont durs à désigner.

La faute au gouvernement qui laisse trop.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Quelles sont les prochaines étapes pour la loi de finances rectificative?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.