Le sel de la mémoire

Parution. Youssouf Amine Elalamy livre un texte très personnel sur le décès de son père. Un défi à la mort.

Par

En mourant, mon père a, pour ainsi dire, tué la maladie.” Dans ce texte concis et intimiste, Youssouf Amine Elalamy revient sur la mort, il y a plus de vingt ans, de son père, et, pour ainsi dire, règle son compte à la mort elle-même.

Artiste et écrivain, Youssouf Amine Elalamy est notamment l’auteur d’Un Marocain 
à New York (EDDIF, 1998) et des Clandestins (EDDIF, 2000, prix Grand Atlas).Crédit: DR
Le livre commence par l’inventaire des gestes et rituels liés au décès. L’extrême fin de la maladie, la douleur, le constat du décès, les mots : “c’est fini”, les yeux à fermer, les miroirs recouverts de draps blancs, les vêtements qui restent, “simples chiffons à l’abandon”, le trou… Avec la précision du traumatisme, Youssouf Amine Elalamy reconstitue ces minutes, pas plus longues à vivre que les autres mais infiniment plus lourdes dans la conscience.

Expérience intime

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer