L'AMMC adopte un nouvel organigramme

L'AMMC adopte un nouvel organigramme pour répondre aux objectifs de son plan stratégique 2017-2020. Il devrait permettre une plus grande spécialisation des activités de l'autorité, ainsi qu'un rôle plus important de la gestion des risques.

Par

Nezha Hayat, présidente de l'AMMC

L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) entame sa mue. Le gendarme des marchés financiers a adopté le 24 mai en conseil d’administration, son nouvel organigramme, conformément aux objectifs de son Plan stratégique 2017-2020.

Porté par Nezha Hayat, nommée à la tête de l’AMMC en 2016, le Plan stratégique 2017-2020 se décline autour de 4 axes visant à « renforcer la confiance dans le marché des capitaux« , « développer une régulation au service de la dynamique de marché« , « être une autorité performante et influente sur le plan national et régional » et « renforcer les capacités de l’ensemble des opérateurs/acteurs et des épargnants« .

Le nouvel organigramme comprend six directions. Trois d’entre elles concernent les métiers: la direction gestion d’actifs et protection de l’épargne, la direction opérations financières et marchés ainsi que la direction enquêtes et contrôles. Cette dernière direction va ainsi regrouper les activités de la surveillance et du contrôle, attributs essentiels de l’AMMC.

Ce nouvel organigramme se décline aussi en fonction de la spécialisation des entités, par types d’instruments financiers ou par secteurs d’activité, au sein de chaque direction. Selon l’AMMC, cette spécialisation permettra de mieux encadrer les nouveaux instruments financiers récemment adoptés, tels que les OPCC, les OPCI ainsi que la finance participative.

Le nouvel organigramme doit aussi permettre aux directions de se consacrer plus efficacement aux activités d’autorisation, de traitement des opérations et de l’information financière, d’agrément et de suivi des instruments de gestion de l’épargne et du suivi et du développement du marché.

La gestion des risques, désormais rattachée directement à la présidence de l’AMMC, est aussi au centre de cette nouvelle organisation. Il sera notamment question de la mise en place et du suivi du monitoring de l’approche basée sur les risques pour le contrôle des intervenants, du suivi des risques systémiques liés au marché des capitaux et de l’identification des mesures visant à maintenir la stabilité financière.