Parfum de scandale

Par Aicha Akalay

Il y a un an, TelQuel publiait une enquête sur les prix des carburants pratiqués après la libéralisation. Nous concluions à l’époque que le processus de libéralisation dans le secteur des hydrocarbures avait profité aux opérateurs au détriment des consommateurs. A la demande du PJD, une mission d’information parlementaire s’est penchée alors sur cette question. Depuis février, le rapport est prêt. Ce n’est pourtant que le mardi 15 mai qu’il sera présenté. Nous avons pu consulter le rapport provisoire de cette mission d’information qui évalue le surplus payé par les consommateurs marocains aux opérateurs à 15 milliards de dirhams en deux ans.

« Face à l’urgence et à la fronde, le gouvernement se terre, n’assume pas ses responsabilités et tremble face à la rue »

Aicha Akalay
Nous avons également consulté le rapport définitif, sur lequel l’ensemble des parlementaires de cette mission se sont mis d’accord. Ce dernier a été expurgé de toute analyse, de l’évaluation du surplus pour le consommateur, des bilans des entreprises, des marges… sans que nous ne sachions pourquoi. Que vaut un rapport censuré ou expurgé de tous les aspects…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés