Tanger: la wilaya relève un caïd accusé de “violence” de ses fonctions

Le caïd d’une annexe administrative de l’arrondissement de Mghogha, à Tanger, est accusé de violences perpétrées  sur un jeune.

Par

Mohamed El Yaakoubi, wali de la région Tanger-Tétouan- Al Hoceima. Crédit: DR

Le caïd de l’annexe administrative 12 de l’arrondissement tangérois de Mghogha a été relevé de ses fonctions alors qu’il fait l’objet d’une enquête ordonnée par le parquet de la ville du Détroit suite à des accusations de « violence » portées à son encontre. C’est ce que rapporte  un communiqué de la Wilaya de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima relayé par l’agence de presse MAP ce samedi 5 mai.

L’enquête ordonnée par le parquet de Tanger fait suite à des accusations portées par un « jeune » qui se dit victime de violences perpétrées par le caïd relevé de ses fonctions et des membres des forces auxiliaires le 21 avril.  L’agent d’autorité a été affecté sans mission aux services de la préfecture de Tanger-Assilah en attendant les mesures disciplinaires appropriées à la lumière des résultats de l’enquête judiciaire, précise la même source.

Dans des vidéos publiées par nos confrères de  AlYaoum24 et Tanja24, la présumée victime de ces violences peine à s’exprimer et semble avoir des difficultés à se déplacer. Témoignant dans ces deux enregistrements, son père affirme qu’elle se tenait debout devant un magasin au moment où les autorités locales poursuivaient des vendeurs ambulant à Beni Makada. Pris pour un vendeur ambulant, le jeune homme aurait été pris à parti par les membres des forces auxiliaires. Son père affirme « Il leur a dit qu’il n’était pas un vendeur ambulant mais ils l’ont traité de «chien » avant de s’attaquer  à lui et de le menacer de viol»