Dieu égyptien

Par Mehdi Michbal

S’il met encore quelques buts, je vais me faire musulman aussi. Assis dans une mosquée, c’est là que je veux être”. Voilà ce qu’entonnent, avec une bonne dose d’humour british, les supporters de Liverpool pour célébrer leur nouvelle icône : Mohamed Salah, brillant attaquant égyptien des Reds, sacré cette semaine meilleur joueur de la Premier League, et qui risque de convertir à sa religion plus de monde que les mille et une razzias des salafs, Kichq, Didate, Tariq Ramadan et Abu Bakr Al Baghdadi réunis.

“Mo, comme l’appellent les Anglais, a réussi à contrer à lui seul les machines de com’ et de propagande islamophobes”

Mehdi Michbal
En ces temps troubles, où l’islam est devenu synonyme de sous- développement, de barbarie et de terrorisme, qui d’autre qu’un génie du foot est capable de produire ce contre-effet ? Humble, généreux, intelligent, rapide, efficace… Mo, comme l’appellent les Anglais, a réussi à contrer à lui seul les machines de com’ et de propagande islamophobe, démontrant qu’un Mohamed n’est pas forcément un méchant…
article suivant

Dans quel état d’égarement il faut se trouver pour manifester à l’air libre une telle dose d’égoïsme décomplexé sans se dire qu’un jour ou l’autre, elle se retournera contre vous?