CEDEAO: pourquoi le Maroc fait peur?

Si des pays comme le Nigéria s’opposent frontalement à l’intégration du Maroc dans cette zone économique d’Afrique de l’Ouest, ses amis traditionnels se montrent également inquiets. Exemple de la Côte d’Ivoire.

Par

Dans la salle de conférence du Sofitel d'Abidjan, une délégation marocaine, menée par le think tank Amadeus et la CGEM, a tenté de convaincre les Ivoiriens de l'intérêt de l'adhésion du Maroc pour les pays de la CEDEAO, le 20 avril 2018. Crédit: DR
Le 20 avril 2018 à Abidjan, une délégation marocaine, menée par le think tank Amadeus et la CGEM, a tenté de convaincre les Ivoiriens de l’intérêt économique de l’adhésion du Maroc pour les pays de la CEDEAO. Alors que le Nigéria ne cache pas ses fortes réticences, même en Côte d’Ivoire, allié historique du royaume qui y est bien implanté, les inquiétudes demeurent fortes dans le secteur privé. “L’accord de principe de l’adhésion du Maroc à la CEDEAO signé par les chefs d’Etat en juin 2017 à Monrovia est comme un mariage conclu par des parents, mais les jeunes eux-mêmes ont besoin d’exprimer leurs sentiments”, lance un représentant de la société civile ivoirienne dans la salle de conférence du luxueux Sofitel d’Abidjan, provoquant les rires d’une assistance jusque-là très contenue.
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer