Éclats d’enfance

Enfin traduite en français, une anthologie de nouvelles de Latifa Labsir révèle un univers plein de poésie et d’une irrépressible nostalgie de l’enfance.

Par

Rose bleue, Latifa Labsir, traduit de l’arabe par Abdellah El Ghazouani Virgule éditions, 160 p., 70 DHCrédit: DR
C’est une traduction qu’on attendait depuis longtemps. Depuis la parution de Un désir, c’est tout, en 2003. Latifa Labsir est reconnue comme une des principales voix de la nouvelle de langue arabe. Abdellah El Ghazouani, son traducteur, a butiné un florilège de textes dans ses quatre recueils. Rose bleue, ce sont vingt-cinq nouvelles assez courtes, qui se répondent par effet d’échos. Il y a la jeune femme qui aimait les coccinelles. Celle qui arrache les ailes des papillons. Celle qui aime le chien de son voisin, celle qui apprécie son voisin parce qu’il écoute Keith Jarrett. Il y a la barmaid fascinée par le client aux livres. Il y a la femme qui n’aime que les roses blanches… Latifa Labsir affectionne les récits à la première personne, faits par quelqu’un…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer