Leïla Slimani : “J'essaie de comprendre la mécanique de la domination”

Après deux romans incisifs et un prix Goncourt, Leïla Slimani revient avec Le pays des autres – La guerre, la guerre, la guerre. Inspirée de sa propre histoire familiale, cette nouvelle œuvre est le premier tome d’une trilogie sur l’histoire moderne du Maroc, des années 1950 à aujourd’hui.

Par

Avec Le pays des autres - La guerre, la guerre, la guerre, Leïla Slimani s’attaque à une histoire plus personnelle. Crédit: DR

Le monde littéraire l’attendait au tournant. Après ses deux premiers romans encensés par la critique, Leïla Slimani change de style. Loin des tourments de l’héroïne nymphomane de Dans le jardin de l’ogre et de la nounou tueuse de Chanson douce (Prix Goncourt 2016), deux histoires ancrées dans le Paris contemporain, l’écrivaine franco-marocaine s’attaque à une histoire plus personnelle : celle inspirée de ses grands-parents, un couple mixte formé par Mathilde, jeune Alsacienne, et Amine, soldat marocain rencontré à Mulhouse, en France, pendant la Seconde guerre mondiale.   Après la Libération, le couple part s’installer dans une ferme reculée à Meknès, où l’un et l’autre font l’expérience de la désillusion face à des rêves qui s’écroulent et un monde qui ne leur appartient pas. Si…

article suivant

3 juillet, 18h : 319 nouveaux cas en 24 heures, 13.288 au total