Fahrenheit 451

Fahrenheit 451

Par Aicha Akalay

Youssef Chahine nous manque. Il y a vingt ans, ce réalisateur égyptien donnait à voir à l’écran un feu incandescent, celui d’un autodafé d’écrivain et de ses œuvres. Ce film, Le Destin, avait pour décor le Languedoc, au XIIe siècle. Un traducteur des écrits d’Averroès y était jugé hérétique et condamné aux flammes. Et le cinéaste de conclure son long-métrage, une fresque efficace contre l’obscurantisme : “La pensée a des ailes, nul ne peut empêcher son envol”. Près de neuf siècles plus tard, loin de la fiction, au Maroc, un écrivain, Rachid Aylal, est.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Procès Bouachrine: l'ex-juge Mohamed El Hini entame son plaidoyer pour les victimes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.