Démocratie sans Etat 2

Par Omar Saghi

Après Kagamé, Poutine. Après Poutine, Chavez. Après Chavez, Erdogan. Trois continents, une ou deux idéologies, et un même style politique. Et le style c’est l’homme, après tout. Les deux premières décennies du XXIe siècle ont été marquées par un retour inattendu du bonapartisme : homme providentiel, élection plébiscitaire, diplomatie musclée et autoritarisme intérieur. Après les années 1990, marquées par la croyance en une marche triomphale de la démocratie, une ère dictatoriale et régressive a-t-elle suivi ? La tendance en tout cas est mondiale. Car voilà qu’on nous annonce que Xi Jinping, le président chinois, risque bien d’être nommé président à vie.

Pour comprendre cette dynamique, évitons d’abord de la confondre avec le populisme occidental contemporain. Les Etats-Unis de Trump, la Grande-Bretagne du Brexit, l’Italie de la Ligue du Nord, les vieilles démocraties, confrontés à de nouvelles interrogations, traversent des perturbations qui ne remettent pas en cause leurs fondements libéraux. En Russie, en Turquie, en Chine, au Rwanda et ailleurs, les choses se posent différemment. Ces Etats, tous ces…

article suivant

En Algérie, l'UA réaffirme sa volonté de prendre part à la résolution du conflit