La tolérance

Par Fatym Layachi

Ça y est, le Maroc s’est lancé dans la course à l’obtention de l’organisation de la coupe du monde. Il y a des conférences de presse, des PowerPoint qui ont du coûter très cher, des interviews bien marketées, et plein de très très beaux discours. Bien sûr il y a les râleurs, ceux qui critiquent et qui pensent que c’est une mauvaise idée. Toi, tu trouves ça cool, une coupe du monde à domicile. Tu te dis que ça serait tellement chouette de boire des bières avec des supporters anglais déchaînés, de danser avec des brésiliens désinhibés, de crier avec des islandais survitaminés, de chanter avec des sénégalais euphoriques. Oui, définitivement, cette idée te plaît! Alors tous ces grands discours fédérateurs, tu as très envie d’y adhérer. Et en ce moment, tu es servie. Tu entends parler d’avenir, de modernité, d’ambition, de futur. Forcément ça fait plaisir. Tu as toujours aimé la flatterie. Et puis partout dans les jolies paroles et dans quasiment tous les éléments de langage bien formatés, un mot revient en boucle: la tolérance. Ah ce que ce…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés