Démocratie sans Etat

Démocratie sans Etat

Par Omar Saghi

Dans le dernier classement concernant la corruption, publié par l’ONG Transparency International, la Tunisie se situe à la 74e place mondiale en 2017. En 2010, à la veille de la révolution, elle était classée 60e. Une chute (énorme) de 15 places, en l’espace de sept ans de conquêtes démocratiques. Un paradoxe ? Une tragédie ? En tout cas, une incompréhension : comment l’avancée des libertés, la baisse des atteintes à la dignité, le droit d’expression retrouvé, s’accompagnent-ils de cette montée vertigineuse des malversations et des pots-de-vin ?

On aime.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Le Maroc, au lieu d’organiser la Coupe du Monde, devrait commencer par organiser le Maroc

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.