Laâyoune, lumière sur les “enfants de la Lune”

À l’abri des rayons du soleil du Sahara, les “enfants de la Lune” attendent toute la journée. La nuit, 5 des 12 cas recensés à Laâyoune vont à l’école publique, la seule au Maroc à ouvrir ses portes jusqu’à 23 heures pour ces personnes dont la maladie leur interdit de s’exposer au soleil.

Par

Héréditaire, la maladie a touché Leila, 38 ans, Mouna, sa fille de 20 ans, et Hiba, sa petite-fille de 3 ans. Crédit: Toumi

Derrière les murs colorés d’une école primaire de Laâyoune, les lumières blanches restent allumées après 19h. Les derniers enfants sortent main dans la main avec leurs parents, et une fourgonnette blanche équipée de rideaux se gare au milieu de la cour de récréation. En descendent Hamza, Khalid, Khadija, Kawtar et Aïcha. Tous des “enfants de la Lune” atteints de la maladie Xéroderma Pigmentosum. Impossible pour eux de s’exposer aux rayons UV du soleil, au risque de développer des cancers de la peau et des yeux. Alors ils vont à l’école la nuit, de 19h30 à 23h, où des cours de primaire leur sont ouverts depuis plus de dix ans. En cette soirée du 15 février, le directeur provincial de l’éducation nationale de Laâyoune, Mbarak Al Hansali, les…

article suivant

La CNSS offre la possibilité de reporter le règlement des cotisations sociales