Si Mennel s’était laissé aller à un traditionnel gnaoui ou malhoun, on l’aurait fait passer pour la branche musicale de Daech

Par Réda Allali

Zakaria Boualem a beaucoup hésité avant de produire cette page. C’est qu’il n’aime pas trop critiquer ce qui se passe à l’étranger, c’est un résidu de sa bonne éducation. Il est suffisamment lucide, le bougre, pour savoir que nous produisons nous mêmes un délire assez puissant pour éviter de donner des leçons au reste du monde. Puis il s’est dit que, chez nous, quand un ami déconne, il n’y a aucun mal à le lui faire remarquer. Ça peut arriver à n’importe qui de perdre les pédales, et quand ça vous tombe sur la tête, il est bon d’avoir des proches qui vous le signalent avant de plonger dans la honte. Voilà comment il faut prendre ce qui va suivre. La France, donc, traverse une mauvaise période, les amis, et une nouvelle polémique est venue le démontrer. L’affaire concerne Mennel, une jeune chanteuse d’origine syrienne qui a eu la très mauvaise idée de participer à un concours de chant sur une télévision nationale avec un voile sur la tête. Elle interprète pourtant “Hallelujah” de Leonard Cohen, et elle séduit le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés