Si Mennel s’était laissé aller à un traditionnel gnaoui ou malhoun, on l’aurait fait passer pour la branche musicale de Daech

Si Mennel s’était laissé aller à un traditionnel gnaoui ou malhoun, on l’aurait fait passer pour la branche musicale de Daech

Par Réda Allali

Zakaria Boualem a beaucoup hésité avant de produire cette page. C’est qu’il n’aime pas trop critiquer ce qui se passe à l’étranger, c’est un résidu de sa bonne éducation. Il est suffisamment lucide, le bougre, pour savoir que nous produisons nous mêmes un délire assez puissant pour éviter de donner des leçons au reste du monde. Puis il s’est dit que, chez nous, quand un ami déconne, il n’y a aucun mal à le lui faire remarquer. Ça peut arriver à n’importe qui de perdre les pédales, et quand ça vous tombe sur la tête, il est bon d’avoir des proches qui vous.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Un prix du livre et des accords de copoduction cinéma au menu du Conseil du gouvernement

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.