Le bateau ivre – Telquel.ma

Le bateau ivre

Par Aicha Akalay

Imaginez que le Maroc soit un paquebot. L’exercice n’est pas de TelQuel mais de Hassan II. Pour conduire un paquebot, le plus important est de maintenir le cap, disait-il à ses proches collaborateurs.Si ces derniers décidaient d’en changer, il fallait qu’ils soient sûrs de la pertinence de leur choix. Car pour changer, il faut d’abord ralentir, puis faire un grand tour et enfin prendre une autre direction. Si cela s’avère peu judicieux, pour rectifier, catastrophe ! Beaucoup trop de manœuvres sont alors nécessaires, ne serait-ce que pour revenir à la position initiale du paquebot. Et que de temps perdu. Au défunt roi de conseiller : “Alors, avant de changer de cap, étudiez bien, il vaut mieux s’arrêter, prendre le temps de la réflexion, plutôt que d’engager le pays dans le pire”. Il n’est pas certain que Hassan II eût su conduire prudemment un paquebot, mais, pour sûr, cette anecdote pleine de sagesse, convoquée par des responsables actuels, devrait nous éclairer.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Certains choix que nous pensions inscrits dans le marbre sont ébranlés. Passons sur l’épisode des élections, durant lesquelles le.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

À la radio, un fquih soutient que le sexe hors mariage provoque des cancers de l’utérus

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.