Billet - Budget hors sujet

Par Mehdi Michbal

Le gouvernement El Othmani est dans une situation embarrassante. A quelques jours de la présentation de son projet de Loi de Finances, le premier de son mandat, le roi chamboule l’ordre établi et appelle à un changement de modèle de développement, considérant que le modèle actuel s’est essoufflé et qu’il ne correspond plus aux attentes sociales actuelles.

Le projet de loi que présentera l’Exécutif au parlement entonne pourtant les mêmes rengaines qu’avant : soutenir la croissance par la demande intérieure en augmentant l’enveloppe de l’investissement public de 5 milliards de dirhams. Une politique qui est au cœur des dysfonctionnements du schéma actuel. Bank Al-Maghrib, le CESE et tout récemment la Banque Mondiale ont d’ailleurs démontré, chiffres à l’appui, que l’investissement public ne produit pas assez de rendement et ne crée pas assez de richesses.

Quoi qu’il en soit, le gouvernement est bien obligé de défendre son projet devant les députés et l’opinion publique. Va-t-il le présenter comme un budget de transition en attendant la conception du nouveau modèle voulu par le monarque ? Ou rester sur la même ligne des quinze dernières années en tentant de nous convaincre que l’investissement public est la seule voie de salut ? Les débats qui suivront dans les prochains jours au sein des commissions des Finances des deux chambres du parlement nous le diront. Mais une chose reste sûre : pris de court par le discours royal, l’Exécutif et son projet de Loi de Finances sont “hors sujet”.

article suivant

Pourquoi l'Open Sky Maroc-UE est-il une nouvelle fois soumis au vote du parlement européen?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.