Le gouvernement marocain salue la décision du Pérou d'expulser une ambassadrice du Polisario

Le refoulement de Khadijetou El Mokhtar, ambassadrice itinérante de la RASD, de l'aéroport de Lima est une "décision souveraine réaffirmant la non-reconnaissance par le Pérou de l’entité fantoche", a déclaré le 28 septembre à Rabat, le Porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi.

Par

Mustapha El Khalfi et Khadijetou El Mokhtar. Crédit: Tnouni/DR. Photomontage Telquel

S’exprimant lors du point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement, El Khalfi a rappelé que le Pérou avait suspendu depuis 1996 sa reconnaissance de la RASD, et considère que le communiqué du ministère péruvien des Affaires étrangères a été « on ne peut plus clair » quant à « la non-reconnaissance du statut de représentant officiel des envoyés de l’entité fantoche et à la possibilité de mener des actes à caractère diplomatique au Pérou, » rapporte l’agence gouvernementale MAP.

Lire aussi : Khadija El Mokhtar, l’ambassadrice itinérante du Polisario renvoyée du Pérou vers l’Espagne

La décision du Pérou « constitue un coup dur à la propagande séparatiste qui a mis à nu les illusions de son discours« , a-t-il scandé, tout en saluant la mesure du gouvernement péruvien et les conséquences qui en découlent.

« Ceux qui soutiennent le projet séparatiste n’ont pas encore saisi la nouvelle donne et la réalité actuelle de la cause nationale et le nouveau parcours que ce dossier a pris, à la faveur de la politique ferme et rigoureuse menée par SM le Roi Mohammed VI, marquée par plusieurs initiatives et concrétisées notamment par la nouvelle impulsion qu’ont connue les relations du Maroc avec Cuba et l’Union africaine« , a-t-il dit.
Khadija EL Mokhtar a été renvoyée le 27 septembre vers l’Espagne concluant ainsi une bataille diplomatique entre le Polisario et les autorités péruviennes. Le ministère des Affaires étrangères péruvien avait indiqué avoir interdit l’accès à une « citoyenne espagnole » en raison d’une « infraction à sa qualité migratoire de touriste« . La diplomatie péruvienne signale également qu’El Mokhtar a refusé « le ré-embarquement vers son pays d’origine« , l’Espagne, qui lui a offert « une assistance consulaire« . « Le gouvernement péruvien ne reconnait pas l’accomplissement officiel de missions de représentation diplomatique ou de démarches diplomatique par des délégués de la RASD, » ajoutait la diplomatie péruvienne.

Lire aussi : La « bataille de l’aéroport » de Lima, un combat décisif pour le Polisario ?

article suivant

Expo 2020 Dubaï : le Maroc annonce les grandes lignes de sa programmation