Moncef El Yazghi : "La candidature marocaine à la Coupe du monde 2026 est plus concrète"

Après quatre échecs, le Maroc a présenté pour la cinquième fois  sa candidature à l’organisation de la Coupe du monde 2026 ce vendredi 11 août. Une candidature que Telquel.ma décrypte avec le chercheur en sport Moncef El Yazghi , auteur du livre « les politiques sportives du Maroc 1912-2021 ».

Par

Telquel.ma :  Le Maroc brigue l’organisation de la Coupe du monde pour la cinquième fois. Qu’est-ce qui a changé depuis le temps ?

Moncef El Yazghi : Il  y a eu de nombreux changements au niveau de la FIFA. Les soupçons de corruption qui pèsent sur les  attributions des précédentes éditions de la Coupe du monde signifient que l’attribution de cette édition sera placée sous une surveillance particulière. Auparavant, les dirigeants de la FIFA pouvaient faire ce qu’ils voulaient dans le domaine.  L’organisation de la Coupe du monde est également devenue plus difficile. Au lieu d’avoir six stades capables d’accueillir la compétition, il faut désormais en avoir dix car la Coupe du monde se disputera à 48 équipes. Cela signifie qu’il faut avoir les infrastructures pour accueillir les fans de ces équipes que ce soit au niveau des hôtels, des aéroports, mais aussi des routes.

Quels sont les avantages du Maroc ?

Après l’attribution de la Coupe du monde 2010 à l’Afrique , en mai 2004, Driss Jettou avait assuré depuis Bamako, que le Maroc « poursuivra la construction des infrastructures comme s’il organisait la Coupe du monde ». Et il faut rendre à César ce qui est à César  car de nouveaux  stades comme ceux de Marrakech, Agadir et Tanger ont été construits en plus de ceux de Fès et de Rabat qui ont été mis à jour. Cela signifie que le projet marocain n’est pas basé sur des maquettes comme cela fut le cas pour le Qatar. Il est plus concret.  Le Maroc est également évoqué comme un candidat potentiel pour la Coupe d’Afrique 2019 ce qui pourrait jouer un rôle.

Du point de vue des institutions, le Maroc est plus impliqué au sein de la CAF et peut compter sur le soutien de toute une confédération africaine sachant qu’il a mis en place plus d’une trentaine de partenariats sur le continent.  Il faut également prendre en compte les politiques environnementales initiées par le Maroc qui donnent une bonne image du pays.

Et les désavantages ?

Comme c’est le cas pour l’organisation de toutes les Coupes du monde, il faut des moyens financiers importants et c’est justement pourquoi des interrogations subsistent encore quant au fait que le Maroc n’a pas présenté de candidature conjointe avec l’Espagne, qui était évoquée pendant un temps. Auparavant le Maroc pouvait compter sur des soutiens financiers importants, ce qui, à mon avis,  ne sera pas le cas pour cette candidature. Il faut également se demander si le Maroc aura les moyens de faire face à la candidature commune des Etats-Unis, du Mexique et du Canada.

article suivant

Témoin d'un réchauffement avec la Mauritanie, Hamid Chabar rencontre le président Ould Abdelaziz   

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.