Saad Eddine El Othmani "attristé" par les "douleureux événements" de l'Aïd à Al Hoceima

Le chef du gouvernement s'est exprimé sur les violences survenues à Al Hoceima le jour de l'Aïd. Il a annoncé une série de "mesures urgentes" entreprises par les ministres et les partis pour discuter des développements sur le terrain.

Par

Saâd Eddine El Othmani Crédit: DR

Le chef du gouvernement a exprimé ses « regrets » et sa « tristesse » concernant les « évènements douloureux » survenus à Al Hoceima le jour de l’Aïd, dimanche 25 juin. Saad Eddine El Othmani, qui s’exprimait devant la presse ce 28 juin, a fait référence aux « victimes » à la fois du côté des manifestants, mais aussi des forces de l’ordre, selon un communiqué officiel parvenu à la rédaction de Telquel.ma.

Lire aussi: Près de 80 policiers blessés dans les violences à Al-Hoceïma

Lire aussi: « Le Maroc vu du toit », la vidéo d’une manifestation dispersée à Al Hoceima devient virale

Il a annoncé une série de « mesures urgentes« , qui ont commencé par l’organisation d’une réunion des partis de la majorité le 27 juin. Une réunion ministérielle entre les départements concernés par le programme « Al Hoceima, ville phare de la méditerranée » a par la suite été organisée ce mercredi 28 juin. Le sujet sera enfin débattu en conseil du gouvernement jeudi.

Le chef du gouvernement, tancé par certains membres de son parti pour son silence sur le Hirak, a insisté sur « le respect des dispositions légales dans la gestion des manifestations » et  sur la nécessité de « l’enquête sur tout dépassement ».

Il a également « renouvelé sa confiance dans la justice pour qu’elle transpose fidèlement les directives royales pour garantir des procès équitables, et pour enquêter sur toute allégation de torture« .

Concernant le recadrage royal lors du conseil des ministres, le chef de l’exécutif a assuré que « le gouvernement est entièrement mobilisé pour concrétiser ces décisions et suivre leur application » sur le terrain.

Lire aussi: Al Hoceima: Mohammed VI déçu, mécontent et préoccupé

article suivant

Viol collectif : 20 ans de prison ferme pour les agresseurs de Khadija