Des militants et intellectuels appellent au dialogue et à répondre aux revendications du Hirak d'Al Hoceima

Des militants et intellectuels marocains appellent à satisfaire les revendications du Hirak.

Par

Crédit : Yassine Toumi/TELQUEL

Treize intellectuels et militants de gauche pour la plupart se sont exprimés en faveur de la « satisfaction des revendications  légitimes des habitants du Rif » dans un communiqué daté du 25 mai. Ils invoquent la « nécessité de trouver des solutions radicales aux questions soulevées par les manifestants« .

Les signataires estiment par ailleurs que le cahier revendicatif est « légitime et réalisable s’il y a une réelle volonté de dialogue sérieux et responsable ». Ils listent sept conditions sine qua non à la réussite de ce dialogue :

  • « reconnaître la légitimité des revendications sociales, économiques et culturelles de l’une de nos régions »
  • « rompre avec toutes les accusations de trahison adressées au mouvement revendicatif »
  • « refuser la personnalisation du problème, les insultes et l’abaissement qui atteignent les individus et les institutions en mettant en application le principe de la gouvernance et en liant la responsabilité à la reddition des comptes sur les plans national, régional et local »
  • « mettre la main sur les dysfonctionnements et privilégier le dialogue » 
  • « affirmer que la région du Rif a besoin d’achever les processus de réconciliation et la réparation des violations des droits de l’Homme dont elle a fait l’objet »
  • « exiger du chef du gouvernement des éclaircissements sur le Dahir de militarisation et la confirmation de sa suspension conformément aux déclarations de certains responsables gouvernementaux et non gouvernementaux »
  • « traiter les actions du mouvement revendicatif dans le cadre de la paix civile, garantir les droits des citoyennes et des citoyens

Lire aussi : Al Hoceima : #Lalilaskara ou la construction d’un mythe

Lire aussi : Que revendiquent les militants du Hirak d’Al Hoceima ?

Les signataires de cet appel se présentent comme des « partisans du dialogue patient avec tous les intervenants de la région et toutes les parties ayant participé aux manifestations« . Ils proposent en outre de « libérer les détenus emprisonnés pour leurs opinions politiques et les réintégrer à leurs postes« , de « traiter les revendications liées à l’enseignement et la santé« , et appellent les autorités à « exécuter les projets de développement dans la province« .

Les signataires : Ahmed Assid (président de l’Observatoire amazigh des droits et des libertés) ; Amina El Messaoudi (professeur universitaire) ; Boubkeur Largo (président de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme) ; Jamal Bendahmane (professeur universitaire et acteur civil) ; Khadija Marouazi (secrétaire générale du Médiateur pour la démocratie et les droits de l’Homme) ; Khalid Benthami (activiste civil) ; Salah El Ouadie (président du mouvement Damir) ; Abdeslam Boutayeb (président du Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix) ; Mohamed Neshnash (activiste des droits de l’Homme et porte-parole de l’initiative) ; Mohamed Benmoussa (expert en économie et acteur civil) ; Mustapha El Manouzi (président du Centre marocain pour la démocratie et la sécurité) ; Al Mustapha Lmouatassime (professeur universitaire) ; Ouasfi Bouazzati (vétérinaire et acteur civil).

article suivant

Une proposition de loi du PPS pour améliorer la situation des diplômés chômeurs en 2019

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.