Les mamans marocaines allaitent moins, un problème de santé publique

Les mamans marocaines allaitent moins, un problème de santé publique

Le ministère de la Santé organise, du 10 avril au 16 avril, la 7e édition de la Semaine nationale de la promotion de l'allaitement maternel.

Par

Crédit : CC

Une campagne d’une semaine intitulée « Aidons les mères à allaiter leurs enfants partout, et à n’importe quel moment » a été lancée le 10 avril par le ministère de la Santé. Elle a pour objectif de sensibiliser les jeunes mamans et leur fournir une information complète sur la pratique de l’allaitement. Cette dernière connait un recul préoccupant au Maroc. Alors que l’OMS recommande à toute femme de mettre au sein son bébé au cours de la première demi-heure qui suit l’accouchement, seulement 26,8% des mères marocaines appliquent ce conseil, selon le ministère de la Santé.

Signe d’un recul de la pratique de l’allaitement maternel: en 1992, 51% des enfants étaient nourris exclusivement au sein durant leurs six premiers mois. Aujourd’hui, il ne reste que 27,8% des mères marocaines nourrissant leurs nouveau-nés de cette façon, selon la même source. L’OMS recommande un allaitement exclusif durant les six premiers mois de vie et la poursuite de l’allaitement jusqu’à l’âge de deux ans.

Maternité, le parcours du combattant

Au cours du long apprentissage de la maternité, l’allaitement peut être une source de stress et d’inquiétudes pour les jeunes mamans. Ces dernières sont en effet partagées entre la peur de mal faire et les mythes entourant cette pratique. Toutes n’ont pas la chance de trouver des interlocuteurs qualifiés pour obtenir des réponses à leurs questions. « Nombreuses sont les femmes qui n’ont pas accès à l’information concernant l’allaitement au Maroc. Il n’existe pas de centre d’accompagnement pendant la grossesse de la future maman« , déplore Meriam Bessa, fondatrice de Cocoon Baby, plateforme informative à l’adresse des jeunes mamans qui soutient la campagne du ministère. « Le personnel soignant est souvent peu formé pour les initier à l’allaitement. Les mères qui souhaitent allaiter sortent de la maternité sans être préparées aux difficultés qu’elles pourraient rencontrer et ne savent même pas vers qui se tourner. Il y a très peu – voire pas du tout – de relais d’information en la matière au Maroc« , poursuit-elle.

Le ministère de la Santé a pourtant adopté une stratégie basée sur la promotion, le soutien et la protection de l’allaitement maternel. Les études sur lesquelles s’appuie son plan d’action aboutissent aux mêmes conclusions sur les bienfaits de l’allaitement tant sur la santé de l’enfant que sur celle de la mère: réduction du taux de mortalité infantile, stimulation du système immunitaire du bébé, prévention des infections bactériennes, réduction des allergies et du risque de cancer du sein chez la maman. Désormais, la baisse du taux de femme allaitant est considérée comme un problème de santé publique au Maroc.

Une législation du travail jugée inadéquate

Les causes profondes de cette désaffectation sont d’ordre social, politique, économique et culturel. « Au Maroc, les 3 mois de congés maternité ne sont pas rémunérés. La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ne paie au maximum que 6.000 dirhams par mois. Cette faible rémunération oblige les mamans à reprendre le travail plus vite, au détriment de l’allaitement, » explique Meriam Bessa pour qui la réglementation est inadéquate.

Dans l’espace professionnel, le Code du travail prévoit que les mères allaitantes disposent d’une heure par jour, rémunérée comme temps de travail, pour allaiter leur enfant pendant les heures de bureau, et ce pendant un an à compter du jour de la naissance. « Une heure par jour, c’est très peu pour tirer le lait et entretenir la lactation sur le long terme, » estime la fondatrice de Cocoon Baby. De fait, l’OMS et l’Unicef recommandent l’allaitement exclusif jusqu’à six mois alors que le congé de maternité au Maroc est de 14 semaines.

Le sein gauche donne-t-il plus que le droit ?

À l’occasion de la Semaine de la promotion de la pratique de l’allaitement et pour pallier un manque d’information, la plateforme Cocoon Baby qui rassemble une quarantaine de professionnels en périnatalité, diffuse chaque jour en darija et en français des capsules vidéos et des articles pour informer et conseiller au mieux les mamans sur la pratique de l’allaitement.

Les contenus sont validés par un comité de médecins et d’experts. « Nous recevons quotidiennement de nombreuses questions sur le sujet. Il y a beaucoup de mythes autour de l’allaitement. Certaines femmes pensent qu’elles vont avoir des douleurs, d’autres pensent que le sein gauche donne plus de lait que le sein droit, certaines enfin pensent qu’il faut manger plus qu’à l’accoutumée« , raconte Meriam Bessa.

article suivant

Les raisons derrière le choix des membres de la commission pour le modèle de développement

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.