Le Parti libéral appelle le roi à instaurer... l'État d'exception

Le Parti marocain libéral dénonce les "agressions répétées" du Polisario et appelle le roi Mohammed VI à instaurer l'État d'exception.

Par

Mohamed Ziane. Crédit: DR

C’est un communiqué au ton virulent que publie le Parti marocain libéral (PML) de Mohamed Ziane ce 10 mars, appelant le roi à annoncer l’État d’exception pour mettre fin aux « provocations du Polisario ». Ce petit parti politique, dont le secrétaire général est un habitué des sorties tonitruantes, a regretté la prolifération de « vidéos sur les réseaux sociaux qui montrent les agressions répétées des milices du Polisario à l’égard des citoyens marocains » dans la localité de Guergarat, au Sahara. Le PML pointe les « humiliations« , notamment la contrainte par les armes pour  « détruire les symboles nationaux », et ce en « totale violation des dispositions du droit international », peut-on lire dans ce communiqué.

Le parti de Mohamed Ziane estime qu’il « est devenu clair que la communauté internationale et les forces de maintien de la paix sont incapables de protéger les accords de cessez-le-feu« . Le PML fait allusion au refus du Polisario de se retirer de la zone, comme demandé par le secrétaire général des Nations unies. Le communiqué regrette aussi les « provocations répétées » d’Alger, principal soutien des séparatistes, et « la faiblesse de la Mauritanie dans la défense des frontières maroco-mauritaniennes ». 

Plus loin, la formation s’attaque aux autres partis politiques « englués dans leurs luttes pour les intérêts personnels autour de la formation du gouvernement ». Ces partis ne « cherchent qu’à augmenter leur influence politique et économique pour faire plaisir aux lobbys (…) au lieu de s’intéresser aux questions déterminantes de la nation ». 

Eu égard à tout cela, le Parti marocain libéral a appelé le souverain « à réagir urgemment pour mettre fin à toutes les formes de mercenariat politique et partisan (…) en annonçant l’État d’exception conformément à l’article 59 de la Constitution du pays, avec ce que cela octroie à Sa Majesté de prérogatives pour défendre l’unité territoriale ». 

Capture

article suivant

Elizabeth II et son royaume font leurs adieux au prince Philip