Fusillade de Québec: le Marocain remis en liberté affirme avoir voulu sauver des vies

Le Marocain de 29 ans interpellé après la fusillade perpétrée au Québec et considéré comme un suspect potentiel a finalement été mis hors de cause, indiquent les médias canadiens.

Par

Un Marocain de 29 ans, interpellé au Québec dans le cadre de l’enquête sur la fusillade qui a fait six morts et huit blessés dans une mosquée le 29 janvier, a été relâché le 30 janvier. Il était l’un des deux hommes arrêtés, soupçonnés d’avoir ouvert le feu au rez-de-chaussée de la mosquée de Sainte-Foy, un quartier résidentiel de Québec, où une cinquantaine de personnes étaient réunies pour la cinquième et dernière prière.

Inconnu des services de renseignements, Mohamed Belkhadir avait été cité par des médias canadiens comme un suspect potentiel dans l’attentat qui a choqué la communauté internationale. Il a, plus tard, été remis en liberté sans qu’aucune charge soit retenue contre lui, indiquent les médias locaux. Finalement, c’est lui qui aurait alerté la police par plusieurs appels d’urgence, ce qui a permis aux forces de l’ordre d’arriver rapidement sur place.

La suite des investigations a montré que cet homme « a, en effet, voulu sauver la vie d’un ami », rapporte le Huffington Post. Cet étudiant a déclaré à la presse canadienne qu’il s’est rendu au Centre culturel islamique plus tôt pour les prières du soir et a couru après avoir entendu des coups de feu.

« Je suis allé à l’intérieur pour essayer de donner les premiers secours à mon ami , et j’ai vu quelqu’un avec une arme », a déclaré Belkhadir. « Je ne savais pas qu’il était un policier. J’ai pensé que c’était quelqu’un qui est revenu pour finir ce qu’il a commencé. Je me suis enfui dehors, du côté du stationnement ». C’est là que la police, en supposant qu’il était un suspect, l’a appréhendé.

Belkhadir ajoute que c’est lui qui a appelé la police sur les lieux. Il a dit qu’il ne porte aucune mauvaise volonté envers les autorités pour l’erreur.

Je comprends, a-t-il dit. « Je ne suis pas dérangé par le fait qu’ils m’aient attrapé. Ils m’ont vu fuir, ils pensaient que j’étais suspect, c’est normal. Pour eux, quelqu’un qui s’enfuit est un suspect. »

Ceux qui connaissent Belkhadir, un Canadien d’origine marocaine, font l’éloge de sa conduite et de ses qualités, affirme le Huffington Post. « Cet homme est un gentilhomme, il est d’une bonté absolue, alors nous n’avons pas cru la nouvelle de son arrestation », déclare Ali Assafiri, un autre fidèle de la mosquée, interrogé par la chaîne de télévision canadienne CBC.

La police québécoise a annoncé le 30 janvier qu’un seul des deux jeunes hommes interpellés après une fusillade meurtrière à la mosquée de Québec dimanche était « considéré comme suspect », le second étant entendu « comme témoin ». Martin Plante, officier de la gendarmerie du Canada, cité par l’AFP, a déclaré pendant une conférence de presse que les deux hommes n’étaient pas connus des services de police.

article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital