Risques systémiques : « Quelques sources de préoccupation subsistent »

Pour le comité de coordination et de surveillance des risques systémiques, les risques macroéconomiques restent maîtrisés. Mais des sources d'inquiétude subsistent notamment en matière de retraite.

Par

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al Maghrib © Yassine Toumi

Les risques macroéconomiques demeurent sous contrôle. « Ils se sont globalement maintenus au même niveau qu’à fin 2015, dans un contexte marqué notamment par la poursuite de la consolidation budgétaire ». C’est en substance, le constat établi par le Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques, présidé par Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib et dont sont membres l’ACAPS (Contrôle des assurances et de la prévoyance sociale), de l’AMMC (Autorité marocaine du marché des capitaux) et de la DTFE (Direction du Trésor et des finances extérieures).

Ce comité, qui a pour mission d’établir la cartographie des risques du système financier marocain, s’est voulu rassurant mais en formulant quelques inquiétudes. La première étant les zones d’incertitudes qui entourent les perspectives des conditions extérieures tant au niveau de la reprise d’activité dans les principaux pays partenaires (effets du « Brexit ») qu’au niveau des politiques commerciale et budgétaire à venir de la nouvelle administration américaine.

La deuxième source d’inquiétude est « l’exposition [du secteur bancaire] au risque de taux d’intérêt, dans un contexte de forte concurrence à l’octroi de crédit ». En effet, cela « constitue une zone d’attention qui requiert un suivi rapproché » soutient le comité tout en soulignant que de façon générale les risques émanant des conditions monétaires et financières se sont atténués à la faveur du renforcement des réserves internationales nettes et d’une légère reprise du crédit bancaire et de la poursuite de la tendance baissière des taux débiteurs.  Pour sa part, le secteur des assurances continue de dégager une marge de solvabilité, largement supérieure au minimum réglementaire. Les exigences à venir liées au chantier structurant de passage vers un régime prudentiel basé sur les risques, pourraient, néanmoins, réduire de manière substantielle ces excédents de marges.

Lire aussi : Bank Al-Maghrib revoit à la baisse ses prévisions de croissance pour 2016 à 1,2 %

Régime des pensions civiles, une source de préoccupation majeure

Et dans le cas particulier de la Caisse marocaine des retraites (CMR), les indicateurs de risque du régime des pensions civiles, se sont améliorés, estime le comité. Et ce notamment sur le plan de son équilibre technique, grâce à la réforme récemment adoptée. Toutefois, et c’est là la troisième source d’inquiétude, il faut noter que les risques pesant sur ce régime continuent, malgré tout, d’être une source de préoccupation majeure. « La réforme des retraites ne permettant qu’un gain de cinq à six années dans l’horizon de viabilité », estime le comité. Au titre de la Bourse de Casablanca, le comité souligne que même si elle est toujours à des niveaux faibles, la liquidité du marché enregistre une amélioration. En outre, l’accroissement du nombre de compte-titres, tiré essentiellement par la hausse du nombre d’investisseurs personnes physiques marocaines, dénote d’un regain d’intérêt pour le placement en instruments financiers.

article suivant

"Arabiyat" : ode aux femmes arabes en dix films

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.