Le Maroc est-il apte à accueillir la Coupe du monde ?

Selon des experts, hormis l'Afrique du Sud, le Maroc est le seul pays capable d'accueillir une Coupe du monde en Afrique. En effectuant une visite dans le royaume Gianni Infantino « travaille pour le futur » selon eux.

Par

Crédit : FABRICE COFFRINI / AFP

Lors d’un point de presse organisé le 13 novembre à Marrakech, le président de la Fifa Gianni Infantino, a réaffirmé que le Maroc est un pays apte à organiser la Coupe du monde ou d’autres grands événements footballistiques. Une déclaration qu’il avait déjà tenue en septembre dernier, lors d’une entrevue qu’il avait eu à Zurich avec Fouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football. « Le Maroc a tous les moyens d’organiser une Coupe du monde. Il a toutes les infrastructures nécessaires et pas seulement en ce qui concerne les stades de football » a déclaré le dirigeant de la Fifa. Le royaume est-il vraiment apte à accueillir une Coupe du Monde où s’agit-il simplement d’une déclaration de circonstance?

Le Maroc, seule option en Afrique après l’Afrique du sud

« Il est vrai que cette déclaration d’Infantino a été faite au Maroc où il a été parfaitement reçu. Mais aussi dans le fond le Maroc possède à peu près tout en termes de compétences et d’infrastructures », nous explique Hervé Penot, journaliste sportif français et spécialiste du football africain contacté par Telquel.ma.

Pour Lino Bacco, commentateur sportif et responsable des programmes à Radio Mars, « il ne s’agit pas d’une déclaration de circonstance ». Les raisons ? « Parce que, d’abord, ce sera le tour de l’Afrique d’organiser la Coupe du monde (en 2026 après la Russie en 2018 et le Qatar en 2022) » et ensuite parce qu’« il n’y a que deux pays en Afrique capables d’organiser cet événement mondial : l’Afrique du sud et le Maroc », l’Afrique du sud l’ayant déjà accueilli en 2010.

Une information confirmée par Hervé Penot qui reconnaît toutefois que l’Égypte et le Nigéria sont aussi capables d’accueillir la compétition, mais précise que « ce serait compliqué », les deux pays n’étant pas « politiquement stables. »

En venant au Maroc, Infantino « travaille pour le futur »

Le journaliste français ne manque d’ailleurs pas  de comparer l’organisation d’une Coupe du monde à celle de la COP22 « qui, pour le moment, est un succès ». « La réussite d’un événement comme  la COP22 montre cette capacité d’organisation de grand événements du Maroc. Après, pour organiser une Coupe du monde il y a des aménagements à faire, la modernisation des infrastructures et son organisation ne se font pas du jour au lendemain, c’est dans 8 ou 10 ans. »

Lino Bacco renchérit en affirmant que le Maroc possède déjà « cinq jolis stades répondant aux normes de la Fifa » dans les villes de Rabat, Marrakech, Casablanca, Tanger et Agadir. « Avec celui d’Oujda  qui sera bientôt terminé, celui de Tétouan et d’autre villes, on aura facilement 10 jolis stades » ajoute t-il précisant que le réseau routier et les aéroports dans chaque grande ville sont des atouts majeurs.

De même, pour le commentateur sportif, si Gianni Infantino a accepté de venir au Maroc où il a assisté à la rencontre Maroc-Côte d’Ivoire à Marrakech « alors qu’il aurait pu décliner gentiment l’invitation » c’est pour « consolider cette relation Fifa-FRMF (Fédération royale marocaine de football). » « En plus il est venu avec son directeur du développement avec qui il a pu visiter et inspecter les infrastructures. Ce qui veut dire qu’il [Gianni Infantino, NDLR] travaille pour le futur » conclut-il précisant que le Maroc « posera à coup sûr » sa candidature pour organiser la Coupe du monde 2026.

article suivant

Arrivée à Beyrouth de l’aide marocaine médicale et humanitaire d’urgence au Liban