Deux mois après la rentrée scolaire, les manuels d’éducation islamique débarquent dans les librairies

Après une longue attente, les manuels scolaires d’éducation islamique destinés aux lycéens seront disponibles le 15 novembre, selon le ministère de l’Éducation nationale.

Par

Manuels scolaires d'éducation islamique. (c) KO

Près de deux mois après la rentrée scolaire 2016-2017, les manuels scolaires d’éducation islamique destinés aux lycéens ne sont toujours pas disponibles. Un retard que le ministère de tutelle attribue aux éditeurs qui ont choisi « d’imprimer les manuels scolaires à l’étranger pour des considérations de coûts » à en croire Fouad Chafiqi directeur des curricula et des programmes scolaires au sein du département de Rachid Belmokhtar. Le « million d’élèves » auquel sont destinés ces manuels scolaires pourront en disposer « à partir du 15 novembre » nous indique la même source.

Les manuels d’éducation islamique ont fait l’objet d’une réforme impulsée par le roi Mohammed VI lors du conseil des ministres tenu à Laâyoune le 6 février. En l’espace de sept mois, une commission composée de pédagogues et d’ouléma (savants religieux du ministère des Affaires islamiques et des habous) a élaboré ces nouveaux ouvrages à la lumière des instructions royales. Le souverain a, dans ce sens, insisté sur le fait d’« accorder une grande importance à l’éducation aux valeurs de l’islam tolérant, dans le cadre du rite sunnite malékite qui prône le juste-milieu, la modération, la tolérance et la cohabitation avec les différentes cultures et civilisations humaines » peut-on lire dans un communiqué du cabinet royal daté du 6 février. 

Le résultat est plutôt probant. Fouad Chafiqi nous expliquait au mois d’octobre, que « cette discipline a revêtu, dans le passé, la forme de daâoua (prêche). Avec cette réforme, on tient à faire de l’éducation islamique une discipline scolaire comme toute autre ». Dorénavant, l’apprentissage de l’éducation islamique doit prendre en compte « la progression du développement cognitif, affectif, moral » ainsi que « le contexte social » de l’élève. « L’éducation islamique ne va plus être enseignée de manière historique mais de manière contemporaine, et sera adaptée à des élèves vivant au XXIe siècle ».

De nouvelles thématiques font leur entrée dans les nouveaux livres scolaires comme celle dédiée à l’utilisation utile des outils électroniques (manuel de la première année du collège), mais aussi un cours sur l’athéisme « entre mythe et vérité » (manuel de la deuxième année du collège) ou encore un cours sur « les principes d’investissement de l’argent dans l’islam » (manuel du tronc commun du lycée). « L’idée est d’aborder le corpus religieux de manière rationnelle, car la religion n’est pas figée dans le temps » nous précise Fouad Chafiqi. La question de l’héritage, une leçon qui a donné du fil à retordre à plus d’un en deuxième année du lycée, a été « allégée ». En plus des manuels scolaires d’éducation islamique, ce sont 147 autres manuels (toutes disciplines confondues) qui ont été expurgés des références sexistes, racistes, haineuses ou portant atteinte aux droits des handicapés.

 

article suivant

Ce que gagnent les intermédiaires sur le prix de la sardine (rapport)

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.