Palmeraie développement investit 1,5 milliard de DH au Rwanda

Le groupe Palmeraie Développement signe un projet résidentiel de 5000 logements économiques à Kigali pour un investissement de 1,5 milliard de dirhams.

Par

De gauche vers la droite M Hicham Berrada Sounni M Abdelali Berrada Sounni M Saad Berrada Sounnii

Hicham Berrada Sounni n’a pas fait le déplacement au Rwanda pour rien. En marge de la tournée royale en Afrique de l’Est, le groupe Palmeraie Développement et la Banque Rwandaise de Développement (BRD) viennent de signer, mercredi 19 octobre, en présence du roi Mohammed VI, un accord avec la BOA pour la réalisation d’un projet résidentiel de 5.000 logements économiques. Le projet qui sera développé sur un site de 20 ha environ est situé dans la commune de Ndera à Kigali. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la politique de développement du groupe Palmeraie Développement en Afrique.

La convention signée au Rwanda par Hicham Berrada Sounni, président de Palmeraie Développement, Alex Kanyankole, PDG de la Banque Rwandaise de Développement (BRD) et Othman Benjelloun, PDG de Bank Of Africa, formalise l’intention des parties d’oeuvrer à la mise en place d’un financement bancaire pour accompagner le projet de Ndera dont la première tranche nécessitera environ 57 milliards de Francs Rwanadais, soit environ 700 millions de dirhams. Le coût total du projet étant estimé à environ 1,5 milliard de dirhams. « Ce projet immobilier s’inscrit dans le cadre de la vision de développement du groupe en Afrique avec son savoir-faire dans l’immobilier social et se veut un exemple de partenariat entre les deux pays», explique Hicham Berrada Sounni, PDG de Palmeraie Développement.

Dans le détail, le projet connaitra un développement en deux phases avec une première phase qui compte près de 2000 logements économiques, en immeubles R+3, dont 1 100 appartements F3 de superficies habitables de 58 m2. «Comme dans l’ensemble des projets sociaux du groupe Palmeraie Développement, ce projet inclura des équipements de proximité, tels qu’une zone commerciale, des espaces verts, des espaces de jeux», affirme le promoteur immobilier.

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques