Cinq milliards de dirhams de subvention pour le gaz et le sucre en six mois

La charge de compensation du gaz butane et du sucre par l'État atteint près de cinq milliards de dirhams au premier semestre de l'année, soit un peu plus de trois milliards dirhams pour le gaz contre près de 2 milliards pour le sucre.

Par

La subvention du gaz butane et du sucre pour les six premiers mois de l’année a coûté près de 5 milliards de dirhams à l’État. 3,018 milliards ont été débloqués pour compenser pour le gaz et près de 2 milliards pour le sucre, rapporte le quotidien Le Matin dans son édition du 11 août, citant la Caisse de compensation (CDC). Cette dernière compte toutefois des arriérés de plus 1,4 milliard de dirhams qu’elle doit  aux opérateurs de gaz butane et ceux du secteur sucrier. Ils se chiffrent à 792 millions de dirhams  pour les premiers (reliquat du mois d’avril et la totalité du mois de mai ) et à 669 millions dirhams, soit une partie de la subvention partielle du mois de mai et la totalité du mois de juin.

Cependant selon l’institution, « la charge de compensation a connu  une régression importante due essentiellement  à l’effet conjugué de la modification du périmètre des produits subventionnés et la baisse des prix de ces produits à l’échelle internationale ». Cette baisse s’explique par le fait que l’État ne prend désormais en charge que « la consommation et les frais de transport  du gaz butane », explique le quotidien.

L’État subventionnait le gaz en intervenant à trois niveaux : importation, transport et distribution. La subvention totale aux trois niveaux du gaz butane chaque année entre 2012 et 2015 s’élevaient entre 10 et 15 milliards de dirhams. La régularisation au niveau des importations, qui vient d’être supprimée, coûtait chaque année à l’État entre 350 millions et 700 millions de dirhams selon les données du ministère des Finances.

Lire aussi : Neuf clés pour comprendre la (dé)compensation

Lire aussi : Décompensation du sucre: Vers une subvention mensuelle dégressive ?

 

article suivant

Arrivée à Beyrouth de l’aide marocaine médicale et humanitaire d’urgence au Liban