26 000 postes d'emplois perdus en 2016

30 000 postes d'emploi ont été crées dans les villes en 2016 mais plus de 60 000 postes ont été perdus dans les campagnes, constate le HCP.

Par

Photo : Reuters

Le Haut commissariat au plan (HCP) a publié le 5 août sa note d’information sur la situation du marché de l’emploi, au titre du deuxième trimestre de l’année 2016. Il en ressort que le taux d’activité entre le deuxième trimestre de l’année 2015 et celui de la même période en 2016 continue à connaître la même tendance à la baisse. Il est ainsi passé de 48% à 47,2%.

C’est dans ce contexte que l’économie marocaine a perdu 26 000 postes d’emploi, constate le HCP, alors que la création annuelle moyenne s’élève à 74 000 postes au cours des trois dernières années. Pour l’organisme présidé par Ahmed Lahlimi, cette baisse du volume de l’emploi s’explique par le résultat de la création de 38 000 postes en milieu urbain et de la perte de 64 000 potes d’emploi, en raison d’une mauvaise campagne agricole, en milieu rural.

BTP et services en hausse

Pour cette année, le HCP note un accroissement de 1,7% de l’emploi dans le secteur des services, soit 70 000 emplois de plus au niveau national. On note d’abord  35 000 emplois dans la branche des services personnels et domestiques et 25 000 pour celle du commerce au détail alors que la création annuelle moyenne s’élève à 24 000 postes au cours des années 2014-2015 et 66 000 en 2015.

Une performance est également enregistrée dans le secteur du Bâtiment et des travaux publics (BTP) où 41 000 emplois ont été créés en 2016 alors que la création annuelle moyenne était de 15 000 postes au cours des années 2014 et 2015.

175 000 emplois perdus dans le secteur agricole

Le secteur qui a enregistré la plus forte baisse pour cette année est celui de « l’agriculture, forêt et pêche » avec la perte de 175 000 postes d’emploi alors qu’il avait créé 136 000 postes en 2013. Ce secteur a enregistré des pertes de 7000 postes en 2014 et de 58 000 postes en 2015.

 

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée