Nouvelles zones franches, impôt à taux zéro: ce que propose Elalamy pour l’industrie

Moulay Hafid Elalamy annonce de nouvelles mesures, notamment fiscales, pour attirer les investisseurs et mener à bien son plan d'accélération industrielle.

Par

Moulay Hafid Elalamy. Cédit: Y. Toumi
Yassine Toumi

Le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy a présenté son nouveau plan de réforme de l’investissement à la presse le 4 juillet après l’avoir lancé lors d’une cérémonie présidée par Mohammed VI.

Ce nouveau plan prévoit un impôt sur les sociétés à 0 % pendant cinq ans pour les « industries en création ». Autre mesure : le développement d’au moins une zone franche par région. Aussi, ce que le ministre nomme « les grandes industries exportatrices » bénéficieront désormais des avantages des zones franches «même en s’installant ailleurs», alors que les sous-traitants obtiendront le statut d’exportateur indirect, une mesure réclamée par les professionnels du secteur depuis plusieurs années. Aussi, ce plan comprend la mise en place d’« appuis renforcés aux régions les moins favorisées ».

Le plan prévoit également des réformes organisationnelles. L’une d’elles est déjà actée : la fusion de l’AMDI, Maroc Export et l’Office des foires et expositions de Casablanca (OFEC) en une seule entité : l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE). Un changement qui devrait mettre fin à une « perte d’énergie et de moyens » déplorée par le ministre qui précise que « ce projet de fusion traîne depuis vingt ans ».

Lire aussi : Les réserves des exportateurs sur le projet de fusion de Maroc Export, l’AMDI et l’OFEC

Au sein même du ministère, des changements auront lieu pour mieux répondre aux ambitions industrielles marocaines avec, entre autres, la création d’une direction générale de l’industrie et d’une autre dédiée au commerce (intérieur et extérieur). Des agences disparaissent mais d’autres naissent puisque le ministre a annoncé la mise en place d’une agence dédiée à l’économie digitale et au e-gouvernement. Elle aura pour mission de développer des services administratifs dématérialisés, l’objectif étant la réalisation de 50 % des démarches administratives en ligne.

Autre annonce : une réforme de la charte de l’investissement datant de 1995, qui comprend désormais des dispositifs communs, les dispositifs sectoriels et les dispositifs régionaux.

Des mesures qui permettent à Moulay Hafid Elalamy de persister et de concrétiser sa promesse des 500 000 emplois à l’horizon 2020. Et de préciser qu’à fin juin 2016, 427 000 emplois étaient déjà engagés (promis par les conventions) et 160 000 contractualisés entre 2014 et 2016.

Cette conférence de presse était aussi l’occasion de présenter les trente contrats d’investissement signés l’après-midi devant Mohammed VI. Concernant la sous-traitance aéronautique, automobile ou encore le secteur du textile, ces annonces comptabilisent 7,4 milliards d’investissement promis.

Lire aussi : Industrie: 30 contrats d’une valeur de 7,5 milliards de dirhams signés devant Mohammed VI

article suivant

La wilaya de Casablanca appelle les entreprises du secteur privé à privilégier le télétravail