Cannabis : L'appel de Tanger suscite la controverse

Deux associations ayant participé au colloque de Tanger pour la dépénalisation du cannabis se sont désolidarisés de cet appel.

Par

Cannabis
Crédit : AFP - PABLO PORCIUNCULA

colloque sur la dépénalisation du kif , qui s’est tenu les 18 et 19 mars, suscite la controverse. La coalition marocaine pour l’utilisation médicinale et industrielle du kif menée par Chakib Alkhayari s’est fendue d’un communiqué dans lequel  elle se désolidarisé de cet appel lancé à l’issue de l’événement organisé par Ilyas El Omari.

Lire aussi : Le Maroc figure toujours parmi les plus importants exportateurs de cannabis au monde

Cet appel, fait au nom des participants de ce colloque, suggère le partage «  du résultat des discussions » au roi qui pourrait confier au CESE et au CNDH la réalisation d’une étude sur la légalisation du cannabis. Le texte appelle également à la « révision du Code pénal » et du Dahir « punissant l’utilisation des drogues toxiques ». Cet appel est une nouveauté en soi puisqu’il plaide pour l’utilisation récréative des drogues importées et du hachich.

Lire aussi : Légalisation : Tanger accueille le colloque international sur le cannabis

Un point qui a provoqué la désolidarisation de la coalition marocaine pour l’utilisation médicinale et industrielle du kif (CMUMIK) qui milite depuis 2007.  Dans un communiqué, l’association dénonce toute tentative de « légitimation de l’utilisation récréative des drogues importées et du cannabis ».  Dans sa communication, la CMUIK note également que l’appel de Tanger ne contient pas ses amendements qui portent notamment sur l’évocation de ce sujet auprès de l’institution monarchique.

« On ne s’adresse à la monarchie qu’au moment où toutes les solutions sont épuisées. Le CESE et le CNDH peuvent, selon leur statut, faire librement ce genre d’études » nous indique Chakib Alkhayari  président de la Coalition qui a participé au Colloque de Tanger. « On a également un parlement, où deux lois sur ce sujet ont été déposées, il faut faire travailler les institutions », commente l’associatif

Lire aussi :  Ilyas El Omari et l’Istiqlal réactivent le dossier du cannabis

La CMUNIK n’est pas la première institution se désolidarisant de l’appel de Tanger. Une autre association ayant participé à cette rencontre, la confédération des associations de Senhaja du Rif pour le développement, partenaire dans l’organisation du colloque, a également publié un communiqué contenant des critiques sur la formulation « utilisation médicinale et industrielle » qui lui préfèrent « la gestion et l’organisation de la culture du kif ».

Lire aussi : Pourquoi la légalisation du cannabis bloque

article suivant

Doléances financières des médecins privés : où en sont les négociations avec le ministère ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.