Mohammed VI en visite officielle en Russie à partir du 13 mars

Mohammed VI effectue une visite officielle en Russie à partir du 13 mars.

Par

Mohammed VI sort de sa voiture à Paris
Crédit: AFP/Alain Jocard

Le roi Mohammed VI se rendra en Russie le 13 mars pour une visite officielle, a annoncé le ministère de la Maison royale le 11 mars. Mohammed VI s’entretiendra avec Vladimir Poutine et plusieurs hauts responsables russes. Sa visite sera aussi l’occasion de signer plusieurs conventions bilatérales.

Une délégation d’hommes d’affaires marocains est déjà sur place. En 2014, le volume des échanges entre les deux pays s’est établi à 5 milliards de dirhams mais la balance commerciale est largement en faveur de la Russie. La dernière visite du roi en Russie remonte en 2002. La déclaration de partenariat stratégique établi lors de cet événement prévoyait d’intensifier les coopérations dans les domaines de l’énergie, de la pêche et de l’industrie minière. La feuille de route prévoyait aussi la création de chambre de commerce et de sociétés mixtes. Lors de la visite de Vladimir Poutine au Maroc en 2006, plusieurs accords de coopération avaient encore été signés dans les domaines de la justice, du tourisme ou de la culture, entre autres.

Lire aussi : Bientôt un accord de libre-échange avec la Russie

Les deux dernières années, des visites du roi dans ce pays ont été annoncées puis annulées à plusieurs reprises. Mohammed VI devait se rendre à Moscou le 11 juin 2014 juste après la tenue du premier forum économique Maroc / Russie (9 et 10 juin) pour lequel 120 opérateurs marocains, dont six ministres, des banquiers et des investisseurs, s’étaient rendus à Moscou pour rencontrer 230 de leurs homologues russes. Quelques mois plus tard, le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar, assurait que le roi se rendrait à Moscou en octobre 2014. En juillet 2015 l’ambassadeur du Maroc en Russie, Abdelkader Lecheheb avait promis que la visite aurait lieu avant la fin de l’année 2015.

article suivant

Des vols de rapatriement pour les Marocains coincés en France, en Espagne et en Turquie