Un label marocain pour protéger la très disputée mandarine "Nadorcott"

Le label « Morocco Nadorcott Seedless » vient d'être lancé, alors même que le Maroc et les États-Unis se disputent la maternité d'une mandarine très proche de la Nadorcott.

Par

Crédit : Trevor Parker/Wikipedia.

Le label « Morocco Nadorcott Seedless » vient d’être créé. Il est censé garantir l’origine de l’espèce de mandarines Nadorcott , annonce le site d’information Agrimaroc.ma. D’après cette source, ce label ne sera délivré qu’aux fruits provenant de vergers entièrement isolés et régulièrement contrôlés. Cette qualification devrait « garantir l’unicité de cette mandarine dans le monde ». Selon le site français Fructidor, cette démarche serait l’initiative de l’APNM (Association des Producteurs de Nadorcott du Maroc).

Mais ce label arrive précisément en plein conflit opposant le créateur de la Nadorcott à un producteur américain. D’après la société française Nador Cott Protection (NCP), en charge des Domaines agricoles appartenant à la famille royale et détentrice des droits de propriété, l’université de Californie Riverside aurait fait muter illégalement cette variété pour créer la Tango. En Espagne, où la Nadorcott est déjà brevetée, l’office des brevets a reconnu la Tango comme différente. Mais pour la société NCP, les fruits sont « en tous points identiques ». La décision du tribunal de Valence devant juger l’affaire est attendue depuis plusieurs mois.

Le label est bien sûr différent du brevet. Il est comme une certification garantissant le respect d’un cahier des charges.

Lire aussi : Domaines royaux: bataille juridique sur le brevet d’une mandarine

La Nadorcott a été découverte en 1982 par Nadori El Bachir, en collaboration avec l’INRA.

 

article suivant

Plus de 90 blessés dans de nouveaux heurts à Jérusalem