Mustapha El Khalfi fait le point sur le risque terroriste au Maroc

Le Maroc a mis en place une politique globale contre le terrorisme qui a permis le démantèlement de dizaines de cellules. El Khalfi explique en quoi elle consiste précisément.

Par et

Mustapha El Khalfi, Porte-parole du gouvernement. Crédit: R.Tniouni

Comment le Maroc fait face aux menaces terroristes ? Quel est leur degré de dangerosité à ce stade? Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a répondu aux questions de Telquel.ma, lors d’un point de presse jeudi 26 novembre.

Le ministre a explique que le Maroc « a une politique préventive » contre le terrorisme et n’est pas dans la réaction aux menaces ponctuelles des groupes jihadistes type Etat islamique (EI).

Entre 2013 et 2015, le royaume a démantelé « plus d’une vingtaine de cellules terroristes », et ce nombre a « triplé » en 2015. Depuis 2002, le chiffre est encore plus impressionnant : « il est de 140 cellules terroristes démantelées », selon la même source. « Le terrorisme est transcontinental et le Maroc fait face à ce que vit la région », a-t-il enchaîné, rappelant que 1 400 Marocains se trouvent dans les rangs des jihadistes en Irak et en Syrie.

Lire aussi: Terrorisme : La justice marocaine a traité 204 dossiers en 2014

Lire aussi: Daech menace toujours le Maroc

Mustapha El Khalfi se veut toutefois serein. Le royaume a travaillé sur la question du terrorisme « bien avant » les attentats de Beyrouth, Paris, Tunis et l’Egypte. Cette approche préventive a consisté en la mise en place des équipes de « Hadar » (vigilance) qui patrouillent dans plusieurs endroits stratégiques qui pourraient constituer une cible. Elle consiste également en une « politique de communication sécuritaire franche » avec les citoyens, ainsi qu’un encadrement du champ religieux depuis 2004 pour « combattre les fondements même du phénomène jihadiste ».

Lire aussi: Trois membres de Daech arrêtés à Fès, Casablanca et Oulad Tayma

En quatrième lieu, le Maroc a annoncé une « politique de développement » ajoute le ministre, afin de « barrer la route aux terroristes qui exploitent les conditions sociales difficiles ».

En dernier lieu, il y a la coopération internationale. « Nous sommes très actifs (sur ce volet), ce qui explique la reconnaissance des efforts sécuritaires du Maroc », a conclu El Khalfi.

Lire aussi: Antiterrorisme: La coopération du Maroc est « extrêmement efficace » selon l’Espagne

Lire aussi: Terrorisme: la Belgique demande l’aide des renseignements marocains

article suivant

Harcèlement sexuel à l’université de Settat : cinq professeurs poursuivis, une démission