Ta vie en l'air. Au nom du patriotisme

Par Fatym Layachi

Les journées sont souvent trop longues à ton goût. Et à défaut de faire quoi que ce soit qui changera la face du monde, tu changes ta photo de profil sur Facebook régulièrement. Et depuis quelques semaines, tu as l’impression que le nationalisme fleurit sur les réseaux sociaux. L’engouement patriotique est partout: des photos de profil aux couleurs nationales, des vidéos partagées par centaines, des articles, des dessins… Toi, tu trouves ça plutôt beau à voir.

Tu as toujours trouvé formidable les élans d’amour pour une patrie, pour une nation, pour un drapeau. Les hymnes et les grands évènements fédérateurs, tu trouves ça généralement très émouvant. Et du coup, en ce moment tu likes presque convulsivement toutes ces nouvelles photos de profil.

Pour certaines, tu les trouves vraiment jolies et pour d’autres c’est plutôt une sorte de réflexe, une espèce de confirmation de sentiment d’appartenance. Il y a quelques jours, alors que tu scrollais ton fil d’actualité Facebook, tu découvres des photos assez violentes d’une actrice ensanglantée. Elle se serait fait agresser. Toi, tu n’étais pas avec elle. Elle en rajoute peut-être un peu dans son récit. Mais ça ne t’empêche pas de trouver ça horrible. Elle est blessée. Ton once d’humanité latente est choquée. Comme à chaque fois qu’un être est violenté. Pas plus parce que c’est elle. Et sûrement pas moins parce que c’est elle. Mais pourtant, là, tu hallucines sur ces mêmes réseaux sociaux d’un manque d’empathie de certains de tes compatriotes.

Il y en a même quelques-uns qui applaudissent, qui se disent ravis qu’elle se soit fait casser la gueule. Elle le mériterait? Parce qu’elle est comédienne. Et au nom de quoi osent-ils exprimer leur froide cruauté? Au nom du patriotisme justement. La fille en question aurait donné une « mauvaise image du pays ». Et ça, ça te révolte. Ça ne te révolte pas en tant que femme, ou en tant que cinéphile, ou en tant que vague militante convaincue par une quelconque cause. Ça te révolte en tant que patriote justement.

Pour toi, le patriotisme c’est de l’amour. Et quand on aime, on veut le meilleur. Alors peut-être que l’amour rend aveugle, mais tout de même! Toi quand tu aimes, tu veux ce qu’il y a de mieux. Pour ta famille, pour tes amis, pour ton amoureux. Et là, en l’occurrence pour ton pays. Tu es prête à saluer le drapeau tous les matins. Mais surtout tu as envie que ton pays aille mieux, soit meilleur.

Tu refuses de te gargariser de cette expression « le plus beau pays du monde ». Certes l’expression est très jolie et peut-être même vraie, mais tu refuses de t’en contenter. Ok c’est le plus beau du monde. Et alors?

Toi ce pays tu l’aimes, viscéralement, et du coup tu refuses de le réduire à une carte postale. Aussi sublime soit-elle. Faire une belle photo de coucher de soleil ou de vue plongeante depuis les montagnes enneigées, n’importe qui avec un iPhone peut le faire. Toi ce n’est pas d’un nombre record de like sur Instagram dont tu rêves, mais juste d’un pays magnifique pour vivre.

Tu rêves d’un pays qui te rende fière tous les jours. Un pays où tu puisses envoyer tes enfants s’instruire à l’école. Un pays où tu puisses envoyer tes parents se faire soigner dans les hôpitaux. Un pays où tu puisses entrer dans un commissariat ou un tribunal sans craindre l’iniquité. Ce serait ça pour toi le plus beau pays du monde. Et c’est ça ton rêve patriote. Et si tu y crois, c’est justement parce que tu es patriote.

article suivant

La Caisse marocaine de retraite plus endettée que l’Etat