Le Maroc, pays peu créatif selon une université canadienne

Une étude émanant d'une université canadienne fait du Maroc, un pays peu créatif. Explications.

Par

The Martin Prosperity Institute, appartenant à l’Université de Toronto, au Canada a publié The Global Creativity Index 2015. Il s’agit de classer les pays selon leur créativité en se basant sur le modèle 3T (Talent, Technologie et Tolérance). Dans ce classement de 139 pays, l’université canadienne classe le Maroc a une triste 120ème place, avec un indice de 0,178.

L’index se calcule de la façon suivante : le critère « Technologie » prend en compte le nombre de brevets par habitant et les investissements en recherche et développement du pays. Le critère « Talent » porte sur le nombre d’adultes possédant une éducation supérieur et à la main d’œuvre existante, dans les travaux créatifs d’un pays. Enfin, le critère « Tolérance » se mesure en fonction du traitement prodigué aux immigrants, aux minorités religieuses et sociales et à la communauté gay.

Le rapport explique : « la créativité, la compétitivité et la prospérité sont étroitement liées à l’évolution économique du pays. A travers cet index, nous mesurons à la fois la créativité des différents Etats mais également la possibilité pour les talents, de s’exprimer. Un pays plus libre en droit humains connait, de facto, un indice plus fort».

Les nations qui se classent très haut sur le GCI tendent donc à être, a priori, des sociétés plus égalitaires. Des pays comme le Canada ou l’Islande gagnent des points en matière de tolérance : « l’ouverture à des minorités ethniques et religieuses sont un vecteur d’évolution » précise ainsi le rapport.

Au niveau du Maghreb, le Maroc se classe avant dernier, devant la Mauritanie (135e) mais derrière l’Algérie (102e) et la Tunisie (104e) Selon ce classement, le Maroc arrive aussi après des pays comme la Syrie (75e) ou encore le Mali (89e). A noter que l’Australie domine ce classement suivie de près par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande.

article suivant

PLF et nomination d'ambassadeurs au menu du Conseil des ministres présidé par Mohammed VI