Ramid promet des «démarches» pour dénouer la situation de Maâti Monjib

Afin de plaider la cause de Maâti Monjib, son comité de soutien a rencontré le ministre de la Justice, qui a promis de faire des démarches pour dénouer la situation.

Par

Mâati Monjib a perdu connaissance à la fin de son 8e jours de grève de la faim. Crédit DR

L’interdiction de quitter le territoire qui frappe Maâti Monjib a été renouvelée. C’est ce qu’a indiqué le ministre de la Justice, Mustapha Ramid, au comité national de soutien à Maâti Monjib parti a sa rencontre le 14 octobre.

Ce renouvellement ne limite pas dans le temps l’interdiction imposée à l’historien selon Sion Assidon, membre du comité national de soutien qui a participé à la réunion. Selon la même source, cette interdiction a été décidée par le procureur du roi dans le cadre d’une enquête sur des « irrégularités financières » du centre Ibn Rochd. Une accusation rejetée par Maâti Monjib.

Lire aussi: Diabétique et cardiaque, Monjib entame son 8e jour de grève de la faim

Durant la rencontre entre Mustapha Ramid et le comité de soutien, le ministre de la Justice «  a exprimé sa profonde sympathie envers Maâti Monjib », mais a indiqué qu’il ne pouvait pas annuler  les poursuites judiciaires entamées contre l’historien selon Sion Assidon. Mais le ministre «a promis de faire des démarches de bon office afin de dénouer en urgence la situation» d’après Assidon.

Diabétique et cardiaque, Mâati Monjib entame le 15 octobre son 10e jour de grève de la faim. Il a perdu conscience à l’issue de son 8e jour de grève.  «Il s’est réveillé de son état d’inconscience et a le moral au beau fixe» assure Assidon. Et de nuancer toutefois: «compte tenu de son état de santé, on est extrêmement inquiets de la situation. Monjib est en danger de mort».

article suivant

Débat présidentiel : les punchlines de Donald Trump et Joe Biden