Monjib hospitalisé, son comité de soutien rencontre Ramid

À l’issue de son 8e jour de grève de la faim, Mâati Monjib a perdu conscience. Il a été transporté aux urgences à l’hôpital Avicenne de Rabat.

Par

Mâati Monjib a perdu conscience la soirée du 13 octobre. Crédit DR

Mâati Monjib a été transporté mardi 13 octobre aux urgences de l’hôpital Avicenne suite à sa perte de conscience, a rapporté son entourage. Monjib en était à son 8e jour de grève de la faim, qu’il mène pour protester contre une interdiction de quitter le territoire.

«Mâati Monjib a été transporté dans un état d’inconscience totale vers l’hôpital d’Avicenne. C’est dans les urgences qu’il a un peu bougé la main, mais sans être capable de parler», nous raconte l’homme d’affaires Karim Tazi, du comité national de soutien à Maâti Monjib. «Nous avons remarqué qu’il été affaibli. Un état aggravé par son diabète et ses problèmes cardiaques» ajoute-t-il.

Le comité national de soutien à Mâati Monjib a tenu le 13 octobre une réunion avec le secrétaire général du CNDH (Conseil national des droits humains), Mohamed Sebbar, pour plaider la cause de l’historien. Mercredi 14 octobre, une autre réunion devrait être tenue avec le ministre de la Justice Mustapha Ramid. «On veut d’abord savoir qui est la partie qui interdit à Monjib de quitter le territoire, ensuite depuis quand» nous explique Karim Tazi. Le comité de soutien veut faire valoir qu’en l’absence d’accusations officielles de la part du parquet, une interdiction de quitter le territoire ne peut pas dépasser 30 jours.

 

article suivant

Élection des membres de la Chambre des Conseillers : le dépôt des candidatures du 24 au 27 septembre