9 % des Marocains n’ont pas accès aux toilettes

Les accès à l’eau potable et au réseau d’assainissement s’améliorent mais presque un Marocain sur dix est toujours contraint de déféquer en pleine nature.

Par

Plus de 20 % des habitants de zones rurales n'ont pas aux toilettes. Crédit : Jerzy Strzelecki/Wikipedia.

Il y a du mieux. En 1990, 38 % des Marocains devaient déféquer dans la nature faute de toilettes, contre 9 % aujourd’hui, d’après un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Uncief publié le 30 juin. Cela représente quand même plus de 3 millions de personnes. En zone rurale, le taux atteint 23 %. Dans le détail, 77 % des Marocains ont accès à des toilettes dits « améliorés » (une installation qui sépare les excréta humains du contact humain de façon hygiénique), 12 % à des toilettes partagés, 2 % à d’autres types de sanitaires.

Le Maroc fait partie des seize pays au monde qui ont réussi à réduire de plus de 25 % la défecation en pleine nature en 25 ans. Cela fait partie d’un des objectifs du millénaire (OMD) que le pays a atteint.

Propagation des maladies et absentéisme scolaire des filles

L’OMS explique que, tous pays confondus, « les progrès en matière d’assainissement ont été freinés par l’insuffisance des investissements dans des campagnes menées en faveur des changements de comportement, par le manque de produits bon marché pour les pauvres et par des normes sociales qui acceptent, voire encouragent, la défécation en plein air ».

Pourtant, l’absence d’assainissement est une cause importante de morbidité puisqu’elle est à l’origine de la propagation de maladies comme le choléra, la diarrhée, la dysenterie, l’hépatite A, la typhoïde et la poliomyélite. La défécation à l’air libre entretient une sorte de cercle vicieux de la maladie. Le manque de toilettes pose bien sûr également un problème de dignité. Aussi, il peut-être à l’origine d’un taux de scolarisation des filles moins élevés que celui des garçons. D’après l’OMS, la fréquentation scolaire des jeunes filles augmente lorsqu’on met à leur disposition des installations séparées d’assainissement.

Dans la même étude, l’OMS rapporte que 13 % de la population marocaine n’a pas accès à l’eau potable. Mais dans ce domaine aussi le Maroc fait partie des Etats qui ont le plus progressé, même si l’OMD n’est pas encore atteint.

article suivant

Le nouveau maillot du Maroc fait encore polémique

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.