Le Maroc derrière l'Algérie en matière de discrimination de la femme

Le rapport de la Banque africaine de développement sur l’égalité des genres classe mal le Maroc.

Par

Des femmes face à la mer, à Tanger
Selon Ikbal Sayah, la variable sexe ne suffit pas à comprendre les inégalités de genre auxquelles d’autres formes d’inégalités s’ajoutent, d'où l'importance de l'approche intersectionnelle. Crédit: Antony Drugeon

Encore un triste classement. La Banque africaine de développement (BAD) vient de publier un rapport sur l’égalité entre hommes et femmes. Le Maroc est en mauvaise position : il occupe la 26e place sur les 52 pays étudiés. Le royaume est loin derrière ses voisins comme la Tunisie (17e) et l’Algérie (21e). Si l’on regarde le score qu’il a obtenu, qui est calculé en fonction d’une quarantaine de critères, le Maroc est même en dessous de la moyenne africaine. Les États du continent qui semblent le mieux assurer une égalité de genre sont l’Afrique du Sud, le Rwanda et la Namibie. La Somalie est pour sa part le pire élève.

Lire aussi : Des militantes africaines partagent leur combat à Essaouira

Si le Maroc est mal noté, c’est surtout à cause du fossé économique qui existe entre les hommes et les femmes dans le pays. Ces dernières y ont beaucoup moins d’opportunités d’entreprendre ou même d’être salariées que leurs homologues masculins. La BAD s’est ainsi intéressée au taux d’emploi, aux salaires, à l’accès aux crédits, à la création d’entreprise… Dans ce domaine, le Maroc est carrément classé 48e sur 52.

Le pays s’en tire un peu mieux en matière de loi et d’accès aux institutions (droits de la femme, nombre de femmes au parlement… ; 26e place) et beaucoup mieux en ce qui concerne le développement humain (scolarité des filles, mortalité maternelle… ; 13e place).

Lire aussi : Pour une fois, le Maroc félicité dans un rapport sur les droits des femmes

article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui