L'Intérieur poursuit « Akhbar Al Yaoum » pour un article sur les migrants

Le ministère de l'Intérieur annonce ce mercredi 22 avril qu'il va engager une action en justice contre le quotidien arabophone. En cause, un article qui « porte atteinte à la réputation du Maroc ».

Par

Article d'Akhbar Al Yaoum sur les corps de migrants échoués sur les côtes marocaines
L'article d'Akhbar Al Yaoum incriminé.

Dans un communiqué relayé par la MAP ce mercredi 22 avril, le ministère de l’Intérieur indique qu’il va engager une action en justice contre le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, « eu égard à la gravité des informations contenues dans un article » publié la veille en une du journal. Les informations en question, qui se fondent notamment sur les chiffres d’une enquête réalisée par neuf médias européens, concernent les drames de l’immigration clandestines en Méditerranée. Intitulé 3 200 migrants se sont noyés sur les côtes marocaines, l’article rappelle que les plages de la Méditerranée sont devenues le plus grand cimetière des victimes de l’émigration clandestine au monde.

Lire aussi : Que deviennent les corps des migrants rejetés sur les côtes marocaines ?

Ce que « réfute catégoriquement » le ministère de l’Intérieur, qui indique dans son communiqué que «  le contenu de cet article est infondé », et «  que son auteur vise à porter atteinte à la réputation du Maroc et à sous-estimer les initiatives et les efforts déployés par les autorités publiques, reconnus par la communauté internationale, dans la gestion de ce dossier ».

Contacté par Telquel.ma, le directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum Taoufik Bouachrine assure cependant que « les informations qui figurent dans cet article se basent sur des rapports  de l’ONU et de l’UE ». D’autre part, Taoufik Bouachrine estime que « ce procédé (les poursuites, ndlr) nuit à la liberté de la presse et au droit à l’information du public » tout en regrettant que le ministère n’ait pas contacté le journal avant d’annoncer les poursuites « car on est toujours ouvert à la discussion ».

Enfin, le directeur de la publication ajoute : « je pense que l’Intérieur ne nous attaque pas à cause de cet article, mais à cause d’autres informations que nous avons publiées  » sans  préciser lesquelles.

article suivant

La polémique autour du collaborateur violent de Macron enfle

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.